Nous  n’avons pas décidé de constituer un groupe reposant sur des compétences.  Nous n’avions aucune compétences et connaissances du secteur de l’habitat, ce qui a nos yeux est important pour la réussite du projet. Nous a découvert des sujets nouveaux, des problèmes au fur et à mesure, chemin faisant. Cet apprentissage collectif, ce faire ensemble nous fait grandir. Nous disons volontiers que c’est un projet d’émancipation par l’habitat. Cet apprentissage collectif a produit un groupe stable, joyeux, inventif.

les objectifs habitants

ça produit quoi ?

permettre à un public à revenus faible-moyen de vivre à Paris
> vivre dans des mètres carré correspondant à nos besoins. Sécuriser l’accès durable à un logement même avec un dossier fragile. 

garantir la durabilité de l’offre abordable par la non-spéculation
> On s’est beaucoup posé la question des verrous anti-spéculatif. On a très vite compris qu’il faudrait sortir de la logique de la propriété classique pour que notre projet soit pérenne. 

solidarité de voisinage et entraide de quartier
> On s’est beaucoup interrogé sur la notion d’”habitat”. Envie d’avoir un autre rapport à nos lieux de vie. De mutualiser des espaces, des services aussi… Et d’ouvrir certains de nos espaces comme lieu ressource pour le quartier. 

Notre posture : UTOP est une expérimentation qui a objet à essaimer au délà d’un projet particulier

La volonté de ne pas vivre sur une île
> enjeu de la reproductibilité, ce projet doit servir à d’autres

la construction d’un immeuble de 7 étages dans le 20ème arrondissement à Paris. 17 appartements. 14 pour le groupe d’habitants et 3 pour le bailleur Habitat et Humanisme 

un projet où on s’est peu intéressé aux situations individuelles. Ce sont les espaces communs sur lesquels nous nous sommes concentrés : un local commun, un studio de musique, un toit terrasse, une buanderie, un jardin.

importance des espaces intermédiaires qui sont des lieux de la vie entre voisins, des lieux d’entraide. 

une dé-standardisation des logements : toutes les formes, toutes les tailles car les situations de vie sont complexes /  un habitat durable qui s’adapte aux besoins 

un projet public-privé-citoyen / un bien commun

un projet émancipateur

un habitat dont les habitants sont les gestionnaires (acteurs des décisions qui les concernent directement)

reconnaissance d'une expertise d'usage

dimension partenariat

C’est une approche “usager” centrée. Nous sommes partis de nos besoins, de l’analyse de nos quotidiens : de ce qu’on ne veut plus vivre, de ce qu’on souhaiterait développer.

Des rôles bien déterminés au départ :
les habitants fixent le programme et les objectifs
Coopimmo invente/ expérimente de nouveaux modèles immobiliers.
ArchiEthic dépasse les schémas normatifs des logements.